samedi 2 janvier 2016

La chaussure fatale



Dans Bons Baisers de Russie (1963), la terrible Rosa Klebb a à sa disposition un gadget redoutable : une lame empoisonnée rétractable cachée dans sa chaussure. C'est d'ailleurs avec ça qu'elle tuait Bond dans le roman... Cette arme a marqué les esprits et a été reprise dans d'autres films à de nombreuses reprises. 



Dans Quand la Panthère rose s'emmêle de Blake Edwards (1976), un des tueurs lancés à la poursuite de l'inspecteur Clouseau tente de se débarrasser de ce dernier à la Fête de la bière de Munich mais c'est un autre qui prendra le coup à sa place (Anthony Chinn, apparu dans plusieurs Bond, lire ici).



Dans Une nuit en enfer 3 de P.J. Pesce (1999), le hors-la-loi Johnny Madrid est sur le point d'être pendu mais il est sauvé juste à temps...


Une balle coupe la corde au moment où la trappe de l'échafaud s'ouvre et en atterrissant sur le sol, deux (!) lames sortent de ses bottes !




Dans The Dark Knight de Christopher Nolan (2008), le Joker fait irruption dans une soirée donnée par Bruce Wayne et exige qu'on lui livre Harvey Dent...



... mais Batman arrive et une bagarre s'ensuit avec les sbires du fou criminel, avant que celui-ci n'intervienne et n'utilise sa chaussure....



Il y en a bien d'autres encore mais surtout, on la retrouve dans Meurs un autre jour (2002), lors de la visite de 007 dans le laboratoire sous-terrain de Q...



2 commentaires:

Egalidad a dit…

Bonjour


je lis cet article très intéressant. Je recherche à ce propos un film que j'ai vu dans ma jeunesse (années 70-80) où l'on voit un homme et une femme liés par des cordes à une sorte de grande roue en bois elle-même suspendue au plafond, tel un lustre. L'homme parvient à se libérer précisément grâce aux lames dissimulées dans ses chaussures, comme celles qu'on voit dans l'article.

Cela vous dit-il quelque chose ? merci

Egalidad a dit…



je lis cet article très intéressant. Je recherche à ce propos un film que j'ai vu dans ma jeunesse (années 70-80) où l'on voit un homme et une femme liés par des cordes à une sorte de grande roue en bois elle-même suspendue au plafond, tel un lustre. L'homme parvient à se libérer précisément grâce aux lames dissimulées dans ses chaussures, comme celles qu'on voit dans l'article.

Cela vous dit-il quelque chose ? merci