jeudi 4 février 2016

007 vu par François Truffaut




En 1979, François Truffaut fit cette "intéressante" déclaration à un journaliste de la revue Sight and Sound :

« Pour moi, le premier film qui marque la période de la décadence du cinéma est le premier James Bond – Dr No. Jusque-là, le rôle du cinéma avait été en gros de raconter une histoire avec l'espoir que le public la croirait. Il y avait eu quelques films minoritaires qui étaient des parodies de cette tradition narrative, mais, dans l'ensemble, un film racontait une histoire et le public voulait croire cette histoire. (…) Mais la raison pour laquelle je parle d'une période de décadence inaugurée par les films de James Bond, c'est qu'avant ce genre de parodie n'avait plu qu'à une minorité ou à des snobs, alors qu'avec les films de James Bond, c'est devenu un genre populaire. Pour la première fois, dans le monde entier, le grand public se trouvait exposé à ce qui équivaut à une dégradation de l'art du cinéma, à un genre de cinéma qui n'a de rapport ni avec la vie, ni avec aucune tradition romantique mais seulement avec d'autres films et toujours en les rabaissant. »



1 commentaire:

Franck Jammes a dit…

La décadence, c'est la bonne ambiance.