mardi 12 janvier 2010

"Asseyez-vous, numéro 2..."

Dans Opération Tonnerre (1965), le SPECTRE a comme couverture le "Centre International d'Assistance aux Personnes Déplacées" et se trouve à Paris au 35, avenue d’Eylau (16e).



Blofeld lance le « projet OTAN », « le plus ambitieux que le SPECTRE ait jamais entrepris » : le vol de deux ogives nucléaires destinées à détruire une ville d’Angleterre ou des Etats-Unis à moins que 100 millions de livres sterling ne soient versés en diamants à l’organisation. Dans le roman de Ian Fleming, le projet est baptisé « Oméga », nom qui sera donné au virus propagé par Blofeld dans le film Au Service Secret de sa Majesté (1969).


Numéro 5 a obtenu 250 000 Livres en tant que conseiller pour l’attaque du train postal de Grande-Bretagne. Cette affaire (dite du « Glasgow-Londres ») a réellement eu lieu en 1963 et a défrayé la chronique. Elle est attribuée à David Niven dans Le Cerveau de Gérard Oury (1968).


Numéro 7 est responsable du chantage sur un agent double japonais, Matsu Fugiwa, qui a rapporté quarante millions de Yen, mais en français, la somme récoltée n’est plus que de 400 000 Yen ! Dans le roman, ce chantage est exercé sur l’ancien Gruppenführer SS Sonntag, qui vit à La Havane.


Numéro 10 s’est occupé de l’assassinat de Perringe, un savant atomiste français passé à l’Est, pour le compte du Quai d’Orsay, qui a versé au SPECTRE trois millions de Francs. En version française, le savant s’appelle Bernière et le Quai d’Orsay n’est plus cité.


Dans la version française uniquement, Lippe est désigné par Blofeld comme le "sous-opérateur L", une référence au roman de Ian Fleming.

1 commentaire:

Jeff a dit…

Intéressant. Quelque chose me dit que le fameux concours évoqué dans le post du 2 janvier va être de ce niveau de détail. Va falloir réviser !